Storytelling - 10 étapes pour écrire une histoire en or - storytelling - rédaction - liberté - décision - web-entrepreneure - Se Realiser Au Feminin @SRAF

STORYTELLING :: 10 étapes pour écrire une histoire en or

Par « écrire une histoire en or », j’entends « une histoire qui captive ton audience ».

Car le but de faire du storytelling, c’est bien ça :

Rendre ton audience accro en rédigeant des articles hypnotiques. Cliquez pour tweeter

Les fasciner à tel point que tes lecteurs ne se lassent pas de te lire.

 

Malheureusement, si toi aussi, tu as fait des recherches sur le storytelling, tu as dû être déçue.

Tu n’as trouvé que des articles qui racontaient que le storytelling, c’est génial, spectaculaire.

Que les lecteurs en sont fans.

Et qu’ils deviennent des clients fidèles.

 

Par contre, comment on fait pour faire du storytelling…

Ça, personne ne le dit !

 

As-tu ressenti aussi cette frustration de ne pas savoir comment t’y prendre ?

Hé bien, aujourd’hui, c’est fini !

Car, dans cet article, je te dévoile ma méthode en 10 étapes pour créer un storytelling qui fascine.

 

 

Mais avant, faisons le point sur ce qu’est le storytelling.

 

Le storytelling, c’est quoi ? Et ça sert à quoi ?

 

Le storytelling, c’est l’art de raconter des histoires.

Pour les blogueuses, c’est une méthode pour « communiquer » en racontant des histoires.

 

Ces histoires te servent à appuyer tes propos, ton idée ou un conseil.

 

Le but du storytelling est de :

    • rendre ton texte inoubliable
    • égayer ton message
    • te différencier des autres rédactrices
    • construire une connivence entre toi et tes lecteurs

 

 

C’est parti pour découvrir les 10 étapes !

 

1. Définis quel type d’histoire, tu veux raconter

 

Ce peut être une histoire personnelle.

Ce qui permet de te faire connaître.

 

En te dévoilant un peu, ton audience se sentira plus proche de toi.

 

Cependant, ce n’est pas forcément la tienne.

Ni une histoire réelle !

 

Si tu ne veux pas te dévoiler, ou te rendre visible, invente une histoire.

Ou raconte ce qui est arrivé à d’autres.

Ou encore, reprends des contes populaires.

 

J’ai une petite mise en garde à te partager.

Ne dis pas que l’histoire est réelle ou que c’est la tienne, si ce n’est pas le cas.

Bien sûr, tu peux inventer.

Mais pas mentir ou tordre la réalité.

 

 

2. Détermine LE message de ton storytelling

 

Ton histoire sert à faire passer un message.

Un seul.

 

Il faut viser la simplicité pour être mémorable.

 

Vise UNE idée.

UNE morale.

Une solution à UN problème.

 

 

3. Trouve le support de ton storytelling

 

L’histoire peut se baser sur :

    • ta propre expérience, un souvenir, une histoire concernant tes proches ou une célébrité
    • une idée, une anecdote, une rencontre, un mythe ancien, une tragédie grecque, une légende, etc.
    • un livre, un film, de la télé, des réseaux sociaux.
    • une invention de toutes pièces

 

TOUT peut être la base d’une histoire.

 

La seule contrainte, c’est qu’elle doit parler à tes lecteurs.

Ils doivent s’identifier à ton histoire.

 

 

4. Imagine les pièces maîtresses de ton histoire

 

1. Le héros (ou l’héroïne)

Ce personnage est toujours tourné vers ton lecteur :

    • soit c’est ton lecteur,
    • soit c’est ton produit ou service qui sauve ton lecteur.

 

2. Les amis

Ils sont fidèles et positifs.

Ils aident, soutiennent, simplifient et rendent la vie plus belle à ton héros.

 

3. Les ennemis

Ils sont déloyaux, dangereux.

Ils bloquent le héros, l’empêchent d’avancer, le rejettent ou le trahissent.

 

4. Le conflit

C’est ce qui va soulever LE problème.

Ce peut être toutes sortes de choses :

    • une difficulté ou une problématique à résoudre
    • une lutte ou une bataille à remporter
    • un challenge ou un défi à relever

 

Le secret d’un bon film est un debut captivant, une fin percutante, et ne faites juste pas de betises au milieu - Georges Lucas - storytelling - rédaction - liberté - décision - web-entrepreneure - Se Réaliser Au Féminin @SRAF

Le secret d’un bon film est un début captivant, une fin percutante, et ne faites juste pas de bêtises au milieu. – George Lucas

 

5. Structure ton storytelling en trois parties

 

Alors non !

Ce n’est pas l’introduction, le corps du texte et la conclusion.

Ce n’est pas une dissertation que tu écris.

 

Les trois parties de ton histoire sont :

1. Le contexte

C’est la situation initiale, l’introduction des personnages, la présentation de la scène, l’installation de l’histoire.

En gros, ce sont les bases de ton histoire.

 

2. Le conflit

L’élément perturbateur est dévoilé. Il bouleverse la situation initiale.

Il déclenche une remise en question, un problème qui nécessite de trouver une solution.

 

3. La solution

La résolution du conflit amène un sentiment d’achèvement.

Elle peut être moralisatrice, mais aussi, malheureuse, joyeuse, vengeresse, étonnante, etc.

 

 

6. Distille de l’émotion

 

C’est le point principal d’un storytelling qui hypnotise.

C’est ce qui fera que tes lecteurs se rappelleront ton histoire.

 

L’émotion est l’agent secret qui prend les décisions.

 

Ce sont nos sens qui nous procurent des émotions.

Alors, utilise des mots imagés.

C’est-à-dire des mots qui stimulent l’un des 5 sens.

 

Pour stimuler la vue, emploie des mots qui ont une couleur bien définie.

Par exemple :

« À l’aube… », on imagine tout de suite les couleurs dorées, un peu orangées et le ciel bleu.

 

Pareil pour évoquer le sens de l’odorat.

Quel mot te fait penser à une odeur ?

Exemple :

L’odeur du thé, c’est vague.

En revanche, un thé « à la menthe », on respire l’odeur parfumée.

 

Idem pour l’ouïe.

Quel son, entends-tu à l’utilisation d’un mot ?

Exemple :

« Je traversais une ville déserte ». On n’entend aucun bruit.

A contrario, si on parle d’un « torrent », on entend le vacarme.

 

Pareil pour le goût.

Quels aliments peux-tu évoquer dans ton histoire ?

Par exemple :

Le café, les bonbons, les brocolis (beurk !), …

 

Le toucher, c’est moins évident.

On peut penser à la caresse d’une plume, au soleil réchauffant la peau, à la douleur d’un coup, à la fermeté d’une poignée de main, à la douceur d’un bisou, etc.

 

L’emotion est l’agent secret qui prend les decisions - Aurelia Thomas - storytelling - rédaction - liberté - décision - web-entrepreneure - Se Realiser Au Feminin @SRAF

L’émotion est l’agent secret qui prend les décisions. – Aurélia Thomas

 

7. Mets le paquet sur l’action

 

N’ennuie pas ton lecteur avec ton histoire !

 

Donc, mets-y du rythme, mais aussi des pauses.

Beaucoup de choses peuvent être sous-entendues par des pauses.

Pour mettre de l’action dans ton article, remplace le verbe « faire » et le verbe « aller » (servant pour le futur).

 

Par exemple :

Remplace :

      • « Elle fait du sport » par « Elle est sportive »
      • « Il fait la cuisine » par « Il cuisine »
      • « Je vais lui demander » par « Je lui demanderai »
      • « Elle va lui parler » par « Elle lui parlera »

 

 

8. Insère des descriptions

 

Le storytelling repose aussi sur l’art de décrire.

Alors, insère de la précision, des détails.

Applique la méthode CQQCOQP pour t’aider : comment, qui, quoi, combien, où, quand, pourquoi.

 

Laisse parler ta créativité et ton intuition.

 

Et brode autour de ton histoire. 😉

 

 

9. Sois authentique

 

Sois à l’aise avec ce que tu communiques.

Ne te force pas à parler de toi.

 

Ton authenticité, c’est ce qui te permettra de te démarquer.

 

Je te conseille de « parler vrai ».

Autrement dit, écris comme tu parles dans la vraie vie.

N’utilise pas de synonymes que tu ne connais pas, par exemple.

 

 

10. Relis-toi

 

Tu coupes les histoires à rallonge.

Si toi-même, tu t’ennuies en lisant ton histoire, ce n’est pas bon signe.

Alors, tu modifies ton texte.

 

Il faut qu’à regarder, ton texte aussi soit attrayant.

La forme est importante.

Aère ton texte.

 

 

Pour aller plus loin…

 

Maintenant, tu connais ma méthode en 10 étapes pour raconter une histoire en or.

 

Incorpore-la dans :

    • tes articles de blog
    • tes pages de vente
    • tes messages sur les réseaux sociaux
    • tes mails
    • des discussions privées
    • tes e-books
    • toutes tes communications écrites ou orales

 

Concernant les articles de blog, je t’offre une formation par mail pour adopter une technique rédactionnelle efficace.

Cette formation a été conçue pour les blogueuses qui veulent rédiger des articles captivants, et avoir un blog qui attire des clients.

Tu peux t’y inscrire gratuitement en remplissant le formulaire disponible en cliquant ici.

 

Tes lecteurs oublieront ton contenu, mais pas qu’ils ont pris plaisir à te lire - Aurélia Thomas - storytelling - rédaction - liberté - décision - web-entrepreneure - Se Réaliser Au Féminin @SRAF

Tes lecteurs oublieront ton contenu, mais pas qu’ils ont pris plaisir à te lire. – Aurélia Thomas

 

Anecdote personnelle

 

Quand j’ai entendu parler de storytelling, j’ai commencé par faire l’autruche.

Bah oui !

Parler de moi…

Comment dire…

J’ai rien à raconter, moi !

 

En plus, je ne veux pas devenir une star, ni déballer ma vie sur la voie publique.

Ou plutôt Internet. 😊

Alors, le storytelling, ou l’art de se raconter, j’ai longtemps pensé que ce n’était pas pour moi.

Et surtout, je ne voyais pas comment faire.

 

Peut-être que toi aussi, tu te dis que :

    • Tu n’as rien à raconter.
    • Tu ne veux pas exposer ta vie privée.
    • Tu ne sais pas te vendre.
    • La manipulation par l’écrit n’est pas pour toi.

 

C’est ce que je me disais aussi !

Jusqu’à ce que j’étudie le sujet de plus près.

À force d’en entendre parler, je me suis dit que ça ne devait pas être simplement une mode.

Du coup, j’ai fait des recherches.

 

En fait, le storytelling, ça fait des milliers d’années que cela existe.

C’est prouvé qu’un bon storytelling attire les lecteurs et les fait acheter.

Et qu’on peut faire du storytelling « sincère ».

 

Du coup, me voilà en train de partager avec toi, ma technique de rédaction pour storytelling qui fascine.

 

 

Alors, prête pour utiliser le storytelling dans tes articles ?

D’ailleurs, que penses-tu du storytelling ? Et de mon article ?

Est-ce que faire du storytelling te paraît plus simple après la lecture de mon article ?

Je l’espère.

Cependant, si tu as des questions ou des remarques, n’hésite pas à m’en faire part dans les commentaires, je me ferai un plaisir d’y répondre.

 

 

Crédits photographiques : Pixabay, Honza Kurka et Felix Mittermeier.

Montage et création graphiques : Aurélia T.

 

Si tu penses que cet article pourrait être utile à quelqu’un, merci de le partager.

 

6 commentaires

  • zzaza

    merci pour ces précieux conseils!
    donc si je comprends bien je peux utiliser ces méthodes pour chaque article et par uniquement le à propos de moi de mon blog?!!
    chaque article doit être une story telling en soi!!! Wow je n’avais pas vu ça!! je commence à comprendre pourquoi je trouvais mes articles fades!!!
    J’ai une question : si je dois raconter une histoire ça risque d’être un peu long non? j’ai peur d’écrire des articles trop long!! or les tiens ne sont pas longs comment fais tu!!!!
    l’entrainement sans doute!!! je vais tester!!! merci milles fois !!!

    • Aurélia T.

      Merci Zzaza pour ta pertinente question et ton message !
      L’histoire n’a pas besoin d’être longue.
      Tu peux utiliser le storytelling pour, seulement, introduire ton article.
      Par exemple :
      “J’ai toujours voulu écrire un blog pour partager mes idées et mes découvertes.
      Malheureusement, je n’osais pas…
      J’avais lu des livres, participé à des conférences, suivi des formations, mais rien n’y faisait.
      J’étais désemparée à l’idée de coucher sur papier mais idées…
      Puis, un jour, j’ai reçu le conseil qui a changé ma vie !
      De qui était ce conseil révolutionnaire ? Et surtout, quel était-il ?
      Je suis sûre que ce sont les questions que tu te poses.
      Aller ! Je te dévoile tout maintenant ! ”
      Du coup, dans un paragraphe court comme celui-ci, tu ne peux pas exploiter toutes les recommandations de mon article.
      Mais tu peux en distiller par-ci par-là. 😉
      Et l’entrainement y fait beaucoup aussi. J’écris tous les jours sans exception !
      Je suis sûre que ton prochain article sera une belle réussite 😀

  • Vicky

    Merci pour cet article !!
    Ca va m’aider pour mes futures actualités !
    Est ce que le storytelling peut être utilisé pour sa page à propos?

    • Aurélia T.

      Je t’en prie Vicky
      Oui bien sûr, tu peux l’utiliser pour ta page à propos.
      D’ailleurs, je vais le rajouter dans mon article car c’est une très bon idée.
      Merci !

  • Dominique

    Bravo Aurélia pour cet article ! La littéraire que je suis s’y reconnait parfaitement ! La difficulté que je rencontre toutefois pour insérer du storytelling dans des articles, c’est d’être concise. Dans un ebook, à l’oral, pas de problème. Mais dans un article de blog où il ne faut pas perdre le message à transmettre, beaucoup plus difficile, non?

    • Aurélia T.

      Tout à fait Dominique. Dans un article de blog, on ne peut pas vraiment “s’étaler”.
      C’est pourquoi je conseille de ne partager qu’une seule idée, un seul message, dans ton histoire.
      Et en lien direct avec le sujet de ton article.
      Sinon, tu as raison, le lecteur risque de s’y perdre.
      N’oublie pas non plus qu’il n’y a pas de limite dans la longueur d’un article de blog.
      Certains sont des petites nouvelles captivantes 😉
      Et merci beaucoup pour ton retour chaleureux et ta question très pertinente !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.